La version 3 contient le texte hébreu original complet, avec la vocalisation.
L’ancienne version contenait une liste de pseudo-racines hébraïques, non vocalisées, dans l’ordre de la traduction. Cette liste utilisait un "dictionnaire" hébreu-français approximatif. Le problème était qu’il s’agissait plus d’une interprétation que d’une analyse proprement dite.
Si vous avez fait un peu d’hébreu, vous savez que cette langue n’a pas du tout la précision des langues gréco-latines, dans son vocabulaire. Les racines désignent des réalités très étendues : c’est le contexte qui permet de préciser le sens. N’avez-vous jamais remarqué comment les versets des psaumes répètent toujours au moins deux fois la même idée, avec des mots différents ? Pour énoncer une seule idée, il faut l’écrire doublement. C’est dire si une recherche "par mot" ou "par racine" est de peu d’intéret en hébreu.
Dans la version 3 d’Ictus, nous avons utilisé de tous nouveaux fichiers, en nous centrant sur la version des Septantes. Cette version est bien plus qu’une "traduction" en grec de l’Ancien Testament. C’est un texte de référence, parfois beaucoup plus précis que les manuscrits hébreux reconstitués aujourd’hui par les spécialistes. De nombreuses études récentes (grâce aux fameux manuscrits de Qumran, et plus récemment encore dans les travaux de scientifiques anglophones) montrent combien les rédacteurs des LXX, et même Saint Jérôme (pour la Vulgate) avaient accès à des sources hébraïques aujourd’hui perdues.
Nous avons donc souhaité privilégier, dans la nouvelle version d’Ictus, une orientation des recherches à partir du grec, en fournissant une toute nouvelle bible grecque, analysée rigoureusement et scientifiquement, avec un véritable dictionnaire. Si vous êtes hébraisant, vous avez accès au texte hébreu de référence. Mais pour une recherche théologique grâce à l’outil informatique, en particulier dans une lecture en dialogue avec le Nouveau Testament et une étude objective des sources, la version grecque est, nous semble-t-il, ce qui se fait de mieux.  Si vous êtes philologue et hébraïsant, nous vous conseillons d'utiliser d'autres logiciels spécialisés, mais payants (ne vous contentez surtout pas de la pseudo analyse par numéros de Strong, disponibles sur les outils gratuits).